2020, année constituante

Selon Frédéric Viale, auteur de la Feuille constituante du 30 décembre 2019, 2020 sera une année constituante, c'est-à-dire une année où le peuple poursuivra son œuvre de reconstitution. Une tâche ardue qu'aucune violence institutionnelle ne pourra empêcher, aussi vrai que nul pouvoir ne peut s'asseoir durablement sur des baïonnettes.

Frédéric Viale

Après 2019, 2020 sera l'année des combats pour la reconquête de la démocratie. 17 novembre 2018,  début du mouvement des Gilets jaunes. Plus d'un an après, ce mouvement, croise d'autres mobilisations virulentes. Le moment semble venu où explose ce qui trop longtemps avait été contenu. Trente ans de mondialisation financière et marchande, trente ans de politiques d'injustices, d'austérité, trente ans pendant lesquels, systématiquement, les aspirations populaires ont été non seulement bafouées mais encore ridiculisées par un pouvoir reléguant des masses entières de populations dans les marges de la société. Les invisibles sont là, ils le répètent, le chantent et le pouvoir n'a rien d'autre à opposer que la répression, le déni des droits et des principes. 

Les peuples reviennent au centre de la politique. Et pas seulement en France, mais en Algérie, à Hong Kong, au Chili, au Liban. La France, grâce à la force de ses mobilisations reprend le cours de son histoire, celle, pour citer de Gaulle, de son pacte vingt fois séculaire entre sa grandeur et la liberté du monde. Nous ne nous y trompons pas : les luttes pour la sauvegarde des services publics, pour les retraites, tout comme celle entamée par les Gilets jaunes voici plus d'un an visent à sauver et renforcer un pacte républicain fondé par le Conseil national de la Résistance qu'un pouvoir sourd et corrompu entend détruire systématiquement sans en avoir un début de légitimité. 

2020 sera une année constituante, c'est-à-dire celle où le peuple poursuivra son œuvre de reconstitution comme peuple. C'est une tâche ardue à laquelle il s'est attaché et aucune violence institutionnelle ne pourra l'en empêcher car, pour reprendre une métaphore révolutionnaire, nul pouvoir ne peut s'asseoir durablement sur des baïonnettes. Ce combat sera rude, tout indique que le gouvernement entend poursuivre son rêve de thatchérisation de la société. L'enjeu sera non pas seulement de l'en empêcher mais de reconstruire une société où nous aurions retrouvé le goût du bonheur. 

À VOIR AUSSI