Cercle constituant de l’Aude – Compte rendu de la réunion du 12/09/19

Les Constituants de l'Aude ont tenu leur deuxième réunion le 12 septembre 2019. À l'ordre du jour de cette rencontre : qu'est-ce que le processus constituant, comment agir et un point sur la campagne de soutien au référendum sur Aéroports de Paris.

18 personnes présentes, dont une fois encore une proportion importante de Gilets Jaunes de différents ronds-points (Castelnaudary, Limoux, Carcassonne.)
Premier tour de table de présentation individuelle ; chacun évoque ce qui l’amène dans les Constituants :
- Créer de la convergence ; s’organiser autrement à l’abri des rapaces ; penser l’autogestion et passer à l’action ; faire équipe ; participer à l’élaboration de quelque chose sur le long terme, une mise en commun des réflexions ; contester le pouvoir là où il est : dans le système financier ; laisser un monde vivable aux générations suivantes ; repenser la constitution, qui était déjà indigeste en 1958 ; fonder une nouvelle démocratie en inventant de nouvelles modalités, de nouveaux outils ; faire émerger la réflexion de la base ; remettre la liberté et le respect des humains au centre pour une vie meilleure.
Divers engagements personnels sont mentionnés par les présents :
- Les Gilets Jaunes ; la défense de l’environnement et d’une agriculture compatible avec cet impératif ; la mise en place d’une monnaie locale ; les logiciels opensource ; la culture ; la promotion d’une Assemblée Constituante ; la démocratie éthique ; la lutte contre la corruption.

1/Le processus constituant, c’est :
- Une prise de responsabilité collective par un changement de paradigme, un retour à la souveraineté individuelle et collective. La puissance du groupe augmente lorsque la pensée devient claire. Il ne s’agit pas d’écrire une constitution fictive, ce qui aurait de quoi intimider, mais construire le processus en amont qui permettra de reprendre la main pour, le cas échéant, mettre en place une Constituante. La mobilisation populaire engagée n’est pas seulement l’expression d’un refus (le « dégagisme »), mais surtout une force collective qui entend refonder le contrat social.
- Une occasion de ré-ancrer la démocratie dans le local, en particulier dans le contexte des élections municipales : on le voit avec l’exemple de la désobéissance des maires sur le sujet du Glyphosate, contre les lobbys. Insuffler des modes de fonctionnement pour enraciner la démocratie. L’exemple de Saillans est cité. Les communes rurales en particulier sont un excellent lieu pour réapprendre la démocratie. A Carcassonne, certains participants ont entrepris l’élaboration d’un programme écrit par les citoyens. Il apparaît primordial d’être force de proposition, tout en recentrant sur les doléances locales. En tout état de cause, l’échelon local apparaît comme le bon pour se réapproprier les lois. Dans les villes, il est nécessaire d’aller s’impliquer dans les quartiers. Partout, s’impliquer dans les conseils municipaux, comme élu ou comme simple citoyen, en ayant à l’esprit que le pouvoir local déménage comme le reste… et qu’il ne faut pas lâcher l’échelon national. Il est précisé que les Constituants n’ont pas en tant que tels vocation à devenir une démarche électorale. Chacun décidera ou non de s’engager dans sa commune.
- Des cercles constituants initiés à Paris, Clermont-Ferrand, et bientôt dans plusieurs départements d’Île de France, en Haute-Garonne, à Lyon.
- Au niveau de la plateforme nationale «www.lesconstituants.fr », des outils sont proposés pour faire connaître la démarche : des textes et vidéos régulièrement publiés, et depuis la rentrée une « Feuille constituante » hebdomadaire, signée chaque fois par un(e) auteur(e) différent(e).

2/Sur le référendum d’initiative partagée Aéroports de Paris :
- Comment relancer les signatures, dont le nombre stagne ? Des actions ont été menées par les Gilets Jaunes (rond point de Castelnaudary, marché de Limoux…). On peut également faire signer en famille. Retourner voir les élus. Mener une action non violente à l’aéroport de Paris. Créer une coordination des ronds-points sur cette bataille.
- Mais jusqu’où faut-il s’investir dans cette démarche ? Ne risque-t-on pas de négliger d’autres luttes brûlantes ? La discussion s’engage : d’une part il faut en faire l’occasion de convaincre de la nécessité de défendre le bien commun contre toutes les privatisations (même les routes nationales sont à présent menacées!). Montrer aux gens qu’ils ont ce pouvoir, réapprendre à se mobiliser, sortir de l’apathie.
- Il est clair qu’une fois engagée, la bataille doit être menée pleinement, parce que si elle échoue le point laissé au gouvernement sera trop coûteux, en particulier sur la question démocratique.

3/Comment agir ?
- Créer des cercles constituants locaux
- Contribuer aux luttes dans notre secteur :
-->soutien aux urgentistes mobilisés.
-->30 communes de la Haute Vallée de l’Aude se mobilisent en se déclarant -->« Territoire en résistance », contre la suppression des services publics en zone rurale.
-->A Luc-sur-Aude sera lancé le Sou-riant, monnaie locale de la Haute Vallée.
-->Un collectif citoyen de co-voiturage dans la haute-vallée comme solution de mobilité.
-->Dans la vallée de l’Orbiel, la mobilisation citoyenne se dessine pour dénoncer les conséquences sanitaires et environnementales de la pollution à l’arsenic, répandue par les inondations d’octobre 2018.
- Les Constituants de l’Aude ont vocation à s’impliquer dans toutes ces luttes citoyennes qui ont une dimension constituante puisqu’elles dessinent en creux les principes d’une société vivable et juste. Ils peuvent devenir une plateforme de mise en réseau et en lumière de ces mobilisations citoyennes souvent méconnues et qui ont toutes pour dénominateur le respect de l’humain et de son environnement, mais aussi la réappropriation de nos droits. La médiatisation de ces actions sur les réseaux sociaux, à travers des textes, des visuels ou des vidéos, est un des moyens à notre disposition pour cette mise en réseau.
Nous souhaitons travailler à l’auto-formation citoyenne. Pour cela
-->Un groupe de travail est mis en place qui proposera des thèmes et d’éventuels intervenants pour animer des ateliers thématiques, en lien ou non avec l’actualité (Yves, Manon, Anthony, Ingrid, Pierre P., André, Marc).
--> Des outils partagés sont à mettre en place (Yves).
--> Une « bibliothèque constituante partagée » est mise en place : à la fin de la réunion, ceux qui le souhaitent mettent à disposition des lectures politiques, philosophiques, etc. A la réunion suivante, ceux qui le souhaitent peuvent faire un retour sur leur lecture (même partielle) comme point de départ d’un échange oral, et/ou un bref compte-rendu écrit à diffuser au groupe (ils seront sollicités en amont par mail pour s’inscrire dans l’ordre du jour).

4/Pour finir, Pierre P. présente la démarche de « Démocratie éthique », sur laquelle il propose une formation ultérieure pour celles et ceux qui le souhaitent.

Agenda :
14 septembre : 2 conférences sur la pollution à l’arsenic par de grands spécialistes des questions de santé et de droit. Manon y assistera et fera un compte-rendu à la prochaine réunion du cercle.
21 septembre : Mobilisation conjointe des Gilets Jaunes et des marches climats, avec convergence à Paris. A Carcassonne, une marche climat / GJ est organisée par le collectif climat, avec agora (Anthony).
La « flamme des Gilets Jaunes » se transmet de rond-point en rond-point, partie de Normandie elle arrive dans l’Aude avant de repartir vers la Catalogne. Le 21 elle sera à Villefranche de Lauragais et le 28 à Castelnaudary.
Prochaine réunion du cercle audois : jeudi 18 octobre à 18h30, au Bara’thym, Villasavary, en auberge espagnole (sauf les boissons qui seront consommées sur place).

À VOIR AUSSI