De la lutte naît le peuple!

Dans la Feuille constituante du 2 décembre, à quelques jours de la mobilisation contre la réforme des retraites, Flavien Chailleux reprend le fil des luttes sociales, de la Révolution française aux Gilets Jaunes, en passant par 1936 et 1995. Et appelle à refaire peuple autour de la défense de la République sociale.

Des grandes heures de la Révolution française, en passant par la première grande grève ouvrière, celle des Canuts, au mouvement des Gilets Jaunes, c'est l’histoire du peuple français qui s'écrit.

La lutte sociale fédère les individus autour de la défense d'intérêts communs, comme la défense de notre retraite par répartition. Par le jeu des affects et de l'empathie, elle est créatrice de solidarité, de coopération, et de compréhension entre les individus qui la mènent. En d'autres termes elle donne naissance au sentiment de fraternité, le même que sur les ronds-points de France cette année.

Le domaine de la lutte est donc un espace de construction sociale, qui contribue à la constitution d’un groupe social solidaire. Le peuple est un de ceux-là. Ce dernier n'est donc pas qu'un « assemblage d'hommes groupés en un troupeau d'une manière quelconque », c'est une construction politique. Le slogan du mouvement des places, en Espagne, l’a bien défini ; le peuple c'est : « ceux d'en bas qui luttent contre ceux d'en haut ». C’est la classe des dominés, qui prenant conscience de soi, se révolte contre la minorité qui l’opprime, et qui au travers d’une lutte collective se constitue alors en classe pour soi. Si la Révolution française, qui par la victoire du tiers-état contre la noblesse a permis la constitution de la Première République et de la nation française, les luttes sociales des deux siècles suivants ont permis l'émergence d'un État social protecteur de toutes et tous. Cet État social est le ciment du peuple, car il est son œuvre. Des grèves des Canuts en 1831, à l'origine de la loi Waldeck-Rousseau qui en 1884 légalisera l'existence des syndicats, aux grèves de 1936 qui nous donneront le droit aux congés payés, en passant par la grève reconductible de 1995 qui permettra de sauver l'héritage social du Comité National de la Résistance, la Sécurité Sociale, la grève, droit constitutionnel depuis 1946, est l'un des moyens privilégiés de la lutte sociale. Elle est donc un élément de constitution du peuple.

Alors, le 5 décembre et les jours qui suivront, par la grève reconductible , faisons à nouveau peuple, autour de la défense de notre intérêt commun à toutes et tous, la République sociale.

À VOIR AUSSI