La Feuille constituante du 16.09.2019

Chaque semaine, la Feuille constituante chronique l'actualité politique et lui donne une dimension constituante. Ce 16 septembre, Frédéric Viale revient sur la mort d'un homme dans un hôpital de Marseille, mise en regard des politiques austéritaires dans le domaine de la santé publique. Enjeu constituant s'il en est.

Les Constituants

Mort d'un homme, mort des principes

Un homme âgé est mort, ce 3 septembre, dans un hôpital de Marseille. Amené pour un examen, il a été livré à lui-même. Désorienté, ce malade d’Alzheimer est allé s'enfermer dans une pièce désaffectée de l'hôpital où il est resté coincé. Son corps a été retrouvé à l'odeur, deux semaines plus tard.

Ainsi, une personne âgée, mentalement perturbée, peut échapper à la surveillance du personnel hospitalier et aller, à petite allure, se perdre et mourir de faim et de soif sans que nul ne s'en aperçoive. On recherche des responsables, et peut-être trouvera-t-on quelque défaillance humaine. Pourtant, les choses sont claires, ce vieil homme est la victime de la déshumanisation de notre société induite par les logiques marchandes et comptables guidant désormais l'action publique.

S'il est possible qu'une personne âgée, avançant lentement, puisse fausser compagnie à tout le monde, c'est que le personnel hospitalier n'a rien vu. Plus exactement, il n'a rien pu voir. En sous-effectif chronique et généralisé, il n'a pas de temps à consacrer à cette personne âgée, accaparé par une course contre la montre sans fin et la pression permanente.

Que vaut face à cela la vie humaine ? Austérité, gestion en flux tendu, optimisation, un seul objectif : réduction des dépenses, réduction jusqu'à l'absurde, au prix de la mise en danger de la vie d'autrui. Et pourtant, nos textes constitutionnels proclament le « droit à la santé », ils affirment qu'il est « particulièrement nécessaire à notre temps ». Mais les politiques austéritaires voulues par les gouvernements et les traités mortifères de l'Union européenne ont eu raison des principes. Ils ont eu raison de l'humanisme qui est censé guider une action politique soucieuse de l'intérêt général. Il est grand temps de fonder à nouveau notre République, notre démocratie, il est grand temps qu'un contrat social soit passé à nouveau qui fasse que les idéaux républicains ne demeurent pas lettre morte. Tel est le sens de l'engagement des Constituants.

À VOIR AUSSI