Le Covid-19, les municipales et la monarchie vermoulue

« Face au Covid-19, le gouvernement a préféré ne pas changer le calendrier électoral même si cela se paye de milliers d'infectés et donc de centaines de morts supplémentaires. Pour lui, il ne s'agit sans doute que d'un chiffre. Pour nous, ce sont des êtres humains », affirme Frédéric Viale dans la Feuille constituante de ce 16 mars.

Frédéric Viale

Covid-19 : l'Italie puis l'Espagne en confinement et voilà que la France, avec retard, prend tardivement des mesures incohérentes : d'abord rien, puis les écoles, les universités, les restaurants, les théâtres et les cinémas fermés. Il est question de confinement total ce mardi soir. Toutefois, le scrutin municipal a été maintenu. En somme, on a fermé les écoles mais juste avant ont été convoquées 44 millions de personnes, l'ensemble du corps électoral. De nombreuses autorités médicales affirment pourtant que cette décision n'a fait qu'accentuer la propagation du virus. Clairement, convoquer les élections veut dire que le gouvernement a préféré ne pas changer le calendrier électoral même si cela se paye de milliers d'infectés supplémentaires et donc de centaines de morts supplémentaires.

Mesure-t-on ce que cela veut dire ? Pour le gouvernement, il ne s'agit sans doute que d'un chiffre. Pour nous, ce sont des êtres humains. Alors, cynisme, amateurisme, navigation à vue? Tout cela en même temps sans doute. Mais il y a autre chose : toutes les manettes de commandement sont accaparées aujourd'hui par des néolibéraux radicalisés qui, avec leur logiciel comptable en tête, ne voient et ne veulent voir que des chiffres. Le Premier ministre britannique l'a formulé avec la franchise et la morgue qui caractérisent la caste dirigeante de Grande-Bretagne : attendons que les foules infectées se fassent leur immunité bactériologique. Les plus faibles mourront, mais c'est la loi de la nature. En termes technocratiques, le ministre Blanquer ne dit pas autre chose. 17 500 lits d'hôpitaux ont été fermés ces derniers temps, l'hôpital est au bord de l'explosion, des gens en masse arriveront dans les heures qui viennent aux urgences, ils ne pourront pas être pris en charge et mourront. Du Covid-19 ou d'autre chose.

Rappelons que ce premier tour a été organisé pour que la « démocratie puisse vivre» d'après Emmanuel Macron. Résultat, plus de 55 % d'abstention. Ce vote a viré au fiasco et c'est la notion de vote elle-même qui s'en trouve ainsi galvaudée.

Craignons maintenant l'étape d'après. Celle de la stratégie du Choc. Vous vous souvenez de la tempête Katerina en Louisiane, occasion pour Bush et son clan de bastonner les Noirs pauvres ? Déjà, le ministre de l'économie annonce un « assouplissement » des règles relatives au travail de nuit dans la grande distribution. Gageons que cela ne fait que commencer. Le Covid-19 est autant un révélateur qu'une maladie mortelle. Un virus se propage, notre hôpital est au bord de l'explosion et notre société se révèle plus fragile qu'on aurait cru. Comment pourrions nous tirer les leçons d'une telle crise avec nos institutions monarchiques et vermoulues ?

À VOIR AUSSI