Rendre effectif le droit à l’information

« L’effort constituant ne peut pas se limiter aux institutions : il doit aussi porter sur tout ce qui peut faciliter l’exercice par les citoyens de la souveraineté populaire, notamment en rendant effectif le droit à l’information », affirme le Cercle constituant de Paris dans le cadre de son travail sur les « verrous démocratiques ».

« Le principe de la liberté de la presse n’est pas moins essentiel, n’est pas moins sacré que le principe du suffrage universel. »
Victor Hugo, discours à l’Assemblée nationale sur la liberté de la presse, 11 septembre 1848.

L’effort constituant ne peut pas se limiter aux institutions : il doit aussi porter sur tout ce qui peut faciliter l’exercice par les citoyens de la souveraineté populaire, notamment en rendant effectif le droit à l’information. Exercer un regard critique sur le monde de l’information est donc nécessaire. Affranchir les médias des puissances d’argent, les rendre effectivement indépendants, permettrait en effet de contribuer à restaurer la confiance dans une information fortement malmenée et discréditée.

1/Le constat

Les médias d’aujourd’hui peuvent être regroupés en trois catégories[i] :
- Les médias privés, dépendants de leurs actionnaires et des publicitaires. En 2017, 10 milliardaires possèdent 89,9 % des journaux vendus, 55,3 % des parts d’audience télévisée et 40,4 % des parts d’audience radio.
- Les médias publics, qui sont en concurrence avec les médias privés et qui dépendent des politiques qui les ont nommés.
- Enfin, les médias indépendants – sauf de leurs lecteurs-cotisants – qui peuvent être plus critiques, parmi lesquels Le Monde diplomatique, Quartier Général, Le Média, Médiapart, Reporterre, Thinkerview, Le Vent se Lève ou encore Reconstruire.

Force est de constater que la concentration des médias dans les mains des détenteurs de capitaux permet à ces derniers de choisir et d’orienter l’information à leur profit et d’invisibiliser les luttes dérangeantes.

2/La proposition

Pour garantir aux journalistes la capacité à produire une information indépendante une solution possible consisterait à socialiser le financement des médias et de la presse généralistes, politiques et économiques, via une cotisation obligatoire à une ou plusieurs caisses médiatiques à but non lucratif, sur le modèle de la Sécurité sociale[ii].

Les médias existant resteraient,  mais les financements privés et la publicité commerciale, à l’exception des promotions d'événements, seraient interdits.

Cette proposition permettrait de soustraire l’information à la logique d’uniformisation et de concentration, ce qui renforcerait et développerait sa diversité et sa qualité.


[i] Sur ce sujet, on peut se reporter à l’infographie « Qui possède quoi ? » du Monde diplomatique  https://www.monde-diplomatique.fr/cartes/PPA et regarder le film-documentaire de Gilles Balbastre et Yannick Kergoat, Les nouveaux chiens de garde. (https://www.youtube.com/watch?v=hL52vf1ynFg).

[ii] Pour approfondir cette proposition, on peut lire Clément Caudron, Système contre système – feuille de route pour refaire le monde.

À VOIR AUSSI